Retour d'expérience,
un Business Game avec l'iPad à l'Assomption Sainte Clotilde et Bel Orme.

Pendant 3 jours, du 15 au 18 décembre 2020 les établissements Assomption Sainte Clotilde et Bel Orme ont organisé pour leurs étudiants en BTS un Business Game.

Pour ceux qui ne savent pas encore ce qu’est un Business Game le concept est simple. Les étudiants, sur une durée déterminée doivent, en équipe, gérer une entreprise fictive et toutes ses contraintes. Entre compétition, stratégies et prises de décision les étudiants doivent prendre en compte tous les facteurs qui leur sont imposés par le jeu afin de gérer au mieux leur entreprise et en sortir vainqueur.

Aujourd’hui iConcept rencontre Katia SCHMITZ, directrice adjointe de l’Assomption Saint Clotilde à Bordeaux.

Business Assomption et Bel Orme
L'iPad en classe lors du business game

Qu’est-ce qu’un Business Game ?

Katia Schmitz: Business game, serious game, simulateur de gestion ou jeu d’entreprise : des termes équivalents pour désigner un type d’outil pédagogique informatisé et plus largement une pédagogie basée sur l’implication, l’interactivité, l’émulation, l’apprentissage inductif et accéléré. Les étudiants sont répartis en équipes et nommés à la tête d'entreprises, en concurrence entre elles. Les fonctions de nos étudiants ? Directeur Général, Directeur commercial, marketing, finance, communication, production, ressources humaines: vous serez responsables de votre action et des résultats de votre entreprise devant vos actionnaires...

Avec qui avez-vous organisé ce Business Game ?

KS: Les intervenants qui ont organisé le jeu sont des professionnels d’entreprise, consultants, mais également animateurs de formation dans l’enseignement supérieur (écoles de commerce, d’ingénieurs, de RH, et Universités). Ils ont été accompagnés par les équipes pédagogiques habituelles (professeurs et direction pédagogique) des établissement ASC Bordeaux et Bel Orme.

Pour qui a été orienté le Business Game ?

KS: Les étudiants des BTS 1ère et 2e année des sections MCO, GPME et CI de l’Assomption Saint Clotilde et du Lycée Bel Orme, soit 231 étudiants, répartis en 42 équipes, brassant toutes les sections des deux lycées.

Pourquoi organiser un tel événement ?

KS: Dans un premier temps, pour avoir une vision globale du business et de l’entreprise, et comprendre de l’intérieur l’organisation d’une entreprise: un business game est un « simulateur de business », tout comme Flight Simulator est un simulateur de vol ! C’est un accélérateur d’expérience, un outil de formation, une méthode éprouvée d’acquisition de compétences.Dans un second temps, pour vivre une simulation d’entreprise : pendant 3 jours les étudiants incarnent le CODIR de l’entreprise (CODIR = Comité de Direction) et vivent une aventure collective, un travail d’équipe, une expérience humaine faite de succès, d’échecs, de compétition, de prises de risques et de paris. Du sérieux et du solide pour le business. Du fun et des souvenirs pour la compétition.

Ecran de bord Business Game
Capture d'écran du tableau de bord du logiciel IPAJE 

Comment s’est déroulé le Business Game ?

KS: Par équipes de 5 ou 6 personnes, (les équipes sont faites par les professeurs au préalable), les étudiants décident de l’avenir de l’entreprise sur ses marchés, face aux concurrents. Les étudiants sont connectés au simulateur via un site web, avec l’iPad. Du stress, du fun, des négociations entre partenaires sous-traitants, des alliances ou au contraire des OPA (Offre Publiques d’Achat), des crises, des appels d’offres, des trahisons, des médias en quête de scoop, des actionnaires en attente de dividendes, et enfin et surtout des clients…  Bref, la vie d’une entreprise d’aujourd’hui… En clôture le 3e jour: des pitchs de présentation des entreprise à différents publics intéressés par les start-up (des business angels à convaincre, des jeunes talents à recruter, des consommateurs à séduire) et enfin la proclamation des résultats finaux de la simulation.

En quoi l’iPad a t’il été un outil facilitateur du jeu?

KS: La portabilité et l’interconnexion des iPads (la possibilité de transmission d’informations via AirDrop par exemple) a permis une collaboration optimisée entre les étudiants et des postures professionnelles adaptées à des situations décisionnelles sur une timeline accélérée. Les outils de création (pages au minimum) ont permis la présentation projets de communication et de présentation optimisées.

La portabilité et l’interconnexion des iPads a permis une collaboration optimisée

Quel a été le bilan du jeu?

KS: Un bilan très positif!
Le jeu a permis à des étudiants qui ne se connaissaient pas de se rencontrer et de s’engager ensemble pour servir un même projet ; l’acquisition de soft skills (compétences comportementales) essentielles à la performance en entreprise et l’efficience des décisions a ainsi pu être encouragée. Les professeurs des deux établissements ont pu se rencontrer et parler de projets transversaux futurs, Le lien entre connaissances théoriques et pratiques a permis de donner du sens aux enseignements didactiques et d’apporter un levier de motivation futur.
Par rapport au contexte particulier de la crise sanitaire, les étudiants se sont retrouvés physiquement. Pour beaucoup, cela a été très bénéfique.

Nous remercions Katia Schmitz pour son témoignage ainsi que les établissements Assomption Sainte Clotilde et Bel Orme. Nous sommes fiers de les accompagner dans leur projet numérique.

Offrez de nouvelles expériences d’apprentissage à vos élèves avec l’iPad en classe.